Dossier Pers

La Libre Belgique: 14.08.06 Intervieuw Maurice Lippens

 

 

La Libre Belgique 

Franstalig artikel over intervieuw met Maurice Lippens.

Raar dat hij het woord voerde en niet zijn broer de burgemeester?  


 

 

Entretien

Maurice Lippens: "On est à un tournant"


par ARIANE van CALOEN et CHARLOTTE MIKOLAJCZAK

Mis en ligne le 14/08/2006
- - - - - - - - - - - 

L'enquête qui touche toute la côte belge a laissé des traces. La Compagnie du Zoute est en pleine réflexion stratégique, explique son président, Maurice Lippens. Les pistes envisagées sont nombreuses

 

Maurice Lippens n'est pas seulement le président du groupe financier Fortis et administrateur dans plusieurs sociétés (GBL, Total...). Il est aussi président de la Compagnie du Zoute qui a été sous le feu des projecteurs ces derniers temps. C'est à ce titre-là que nous l'avons interrogé.

Que savez-vous de l'enquête qui a mené à l'inculpation du directeur général de la Compagnie du Zoute, Walter Georges Jacobs?

Georges Jacobs aurait avoué des choses alors que le secrétaire communal, Marc Verhaeghe, n'aurait rien avoué. Mais nous n'en savons pas plus étant donné que la Compagnie n'est pas inculpée. Tous les deux semblent être interdits de contact avec, entre autres, la Compagnie du Zoute. Les enquêteurs ont pris chez nous une série de dossiers qu'ils ont déjà rendus intégralement.

Je ne doute pas que la Compagnie sera mise hors cause. La première chose que j'ai faite depuis que j'ai été nommé président en 1983, c'est de mettre de l'ordre dans l'organisation et dans la comptabilité surtout depuis 1988 avec l'arrivée du directeur, Philippe Muylle.

J'ai toujours cru que M. Jacobs était un excellent immobilier, qui n'avait pas besoin de ce dont on l'accuse. De plus, pour certains dossiers comme le Finis Terrae, on a dû attendre 21 ans pour avoir le permis d'urbanisme.

Qu'est-ce qui a permis de débloquer le dossier?

C'est à la longue et à la fatigue. Mais ce qui l'a réellement débloqué, c'est la vente des 202 hectares des Zwinbosjes à la Région flamande qui veut en faire une zone naturelle. Ce donnant donnant a été fait tout à fait ouvertement et à la requête des autorités. Le prix de 5,8 millions avant taxes a été fixé par le Comité d'acquisition de Bruges qui est connu pour sa compétence. Pour l'achat du Zwin par la Région flamande et la Province pour 3,4 millions avant taxes, il n'y a pas eu de donnant donnant.

La justice vous a-t-elle interrogé?

Ni mon frère ni moi.

N'est-ce pas étonnant?

Non. Ils ont entendu le directeur, Philippe Muylle, comme témoin. On s'est beaucoup focalisé sur la Compagnie du Zoute mais beaucoup d'autres gens sur la côte et en Flandre occidentale ont été entendus, nous a-t-on dit.

En quoi cette enquête a eu un impact sur la gestion de la Compagnie du Zoute? Ne vous manque-t-il pas aujourd'hui un apporteur d'affaires?

Georges Jacobs, c'est vrai, nous a amené énormément d'affaires. Il est clair que dans l'immédiat, il n'y a plus stricto sensu un apporteur de projets. Nous devrons dès lors voir comment s'organiser dans l'avenir. Toutefois, il n'y a pas péril en la demeure. Nous avons entre autres une plate-forme de développement à Hardelot sur la côte d'Opale en France. Nous avons d'autres projets en France et bien sûr toujours au Zoute. Il y a de quoi avancer sans problème dans les prochains mois et années, mais il est clair qu'on est à un tournant. On pourrait s'allier peut-être avec un autre groupe qui aurait la connaissance de ce type de métier. On pourrait trouver des partenariats momentanés. On pourrait acquérir une équipe. Tout est envisageable. Nous avons suffisamment de cash. Nous ne sommes pas le dos au mur. Il y a une réflexion stratégique qui est en cours.

D'ici un an ou deux, il faudra savoir où on veut aller. Nous avons un know-how pour le Zoute et ailleurs que les autres n'ont pas et qui est axé sur la qualité de nos réalisations.

N'y a-t-il pas un problème de conflit d'intérêt avec votre frère Léopold, qui est à la fois bourgmestre de Knokke et administrateur de la Compagnie? Vu les événements, n'êtes-vous pas amenés à changer les règles?

Quand un dossier de la Compagnie arrive à la commune, mon frère(1) est toujours absent. C'est la règle. Et c'est un procès d'intention de dire qu'il pourrait faire pression sur les échevins. Comme je l'ai déjà dit, mon frère n'accepterait jamais de toucher un euro ou de se faire payer par quelqu'un. Ce n'est pas dans ses gènes. C'est une question d'éducation. Il a en outre une fortune suffisante. Cela aide à la vertu comme disait saint Augustin.

N'est-ce pas un argument à double tranchant? Faut-il être pauvre pour être malhonnête?

Je n'aime pas cet argument, mais je l'ai employé un jour pour expliquer la mentalité en vigueur à la Compagnie du Zoute. On se moque de nous dans le secteur immobilier parce qu'on n'a jamais fait de noir depuis la création de la société en 1908.

Et n'y a-t-il pas un risque de délit d'initié au bénéfice de la Compagnie?

Jamais. De nouveau, j'ai appris le projet de la tour au-dessus du Casino en lisant le journal. Mon frère, tout en étant flamboyant, est un homme extrêmement secret et prudent. Je ne sais jamais très bien ce qui se passe à la commune, ce qui est très bien! De nouveau, cela fait partie de l'éducation.

Comment se fait-il que vous ne vous doutiez pas des méthodes de M. Jacobs?

M. Jacobs, je le rappelle est un indépendant, qui a sa société. On n'a pas été demander de voir ses comptes, ce serait presque injurieux et d'ailleurs cela ne se fait pas. On ne sait même pas sur quelles opérations les soupçons pèsent.

Cette affaire est un tournant pour la Compagnie. Ne l'est-elle pas aussi pour le Zoute? Ne suscite-t-elle un certain traumatisme?

Non. N'oublions pas que cette enquête va de la Panne à Knokke et dans toute la Flandre occidentale. Je ne sais pas qui a été interrogé même si je pourrais avoir une idée sur la question. Cela va-t-il ralentir le développement du Zoute? Certainement pas, même s'il n'y a plus beaucoup de nouveaux terrains à bâtir. Le Zoute est déjà dans l'ère des transformations des bâtiments existants.

Seriez-vous intéressés par le projet du casino?

S'il devait aboutir, cela prendrait encore des années. On pourrait regarder, mais c'est peut-être pour des très gros promoteurs.

Et le projet De Cloedt derrière la gare de Knokke?

C'est un grand projet que nous avons regardé. Nous ne sommes ni intéressés ni impliqués. Il y a d'autres projets dans les environs que nous regardons aussi.

(1) NdlR: La limite d'âge comme administrateur à la Compagnie du Zoute est fixée à 65 ans. Léopold Lippens l'aura atteinte en 2007, ce qui devrait l'amener à donner sa démission.

© La Libre Belgique 2006

 

- - - - - - - - - - -